Loi Scellier / Loi Scellier BBC Loi Duflot Blog loi Scellier / Autres Lois
Investir en bourse Défiscalisation de RobienDefiscalisation des gains de casinos Contact / Mentions Légales








Sans plus attendre, tirez profit de la loi Scellier :

Vers un krach du marché immobilier ?

05/05/2011

Vers un krach du marché immobilier ?

Un krach du marché de l'immobilier

Facebook Google Buzz Google Buzz Tweeter

L’année 2010 s‘est clôturée avec une augmentation vertigineuse des prix des biens immobiliers. En revanche, selon les prévisions des professionnels du secteur, en 2011 le marché français pourrait subir une inversion de tendance, le taux d’augmentation des prix étant censé se stabiliser autour de 3% à l’échelle nationale. Comme le soulignent Fnaim et Century 21, c’est toujours en région parisienne que l’on observe la hausse la plus importante. En effet, nonobstant la diminution du nombre total d’acheteurs par rapport à 2010, au premier trimestre 2011 la ville de Paris a fait enregistrer une flambée des prix atteignant +18,7% comparé à l’année dernière, en entraînant ainsi une augmentation moyenne de 12,8% en Ile-de-France. En revanche, au niveau national la progression des prix semble avoir ralenti, jusqu’au point de faire observer une diminution de ces derniers dans des villes telles que Lille et Marseille.

Les notaires considèrent que ce processus de stabilisation des prix des biens immobilier devrait s’accompagner d’une diminution des volumes des ventes, en raison d’un pouvoir d’achat des ménages français de plus en plus limité. Selon le Crédit Foncier, cela ferait envisager une baisse de 5% concernant le nombre de transactions en 2011. En effet, d’après une analyse de l’Observatoire Crédit – Logement CSA, la progression constante des taux d’intérêt immobiliers ayant eu lieu ces dernières années a rendu les ménages de moins en moins solvables. Par conséquent, la demande de crédits immobiliers s’est réduite, tandis que la durée de ces derniers est devenue de plus en plus importante. Selon Empruntis, une évolution ultérieure dans ce sens entraînerait de fait l’impossibilité, pour 90% des ménages, de garantir un niveau de solvabilité suffisant pour obtenir un crédit immobilier.

Toutefois, les agents immobiliers refusent de parler d’une chute nette des prix. Bien qu’une stabilisation progressive soit envisageable du fait de la diminution du pouvoir d’achat des ménages et de l’augmentation des taux d’intérêt à l’emprunt, une offre qui reste réduite devrait compenser cette tendance à la baisse. Il y a de fortes chances que le marché soit marqué par une forte hétérogénéité : d’un côté les ménages à faibles revenus subiront les augmentations des prix et des taux de crédits, de l’autre les niches de marché de luxe ne seront pas pénalisées.

Facebook Google Buzz Google Buzz Tweeter

haut page haut page contact Mentions Legales